Séjours et Voyages en France

Touristes sur la Plaza de España de Séville, le 3 septembre.
Touristes sur la Plaza de España de Séville, le 3 septembre.PACO PUENTES / EL PAS

Les gouvernements régionaux et le secteur du tourisme espagnols choisissent d’allonger autant que possible la saison touristique de cet été. L’objectif est de continuer à attirer des visiteurs jusqu’au mois de novembre au moins, afin de récupérer une partie des pertes causées par la pandémie de coronavirus. La Catalogne, l’Andalousie, les îles Canaries, Valence et les îles Baléares ont recours à des bons, des campagnes internationales et des événements sportifs ou culturels pour atteindre cet objectif. Avec du temps supplémentaire pour la saison d’automne, les administrations comme les entreprises espèrent combler l’écart causé par l’absence de visiteurs étrangers, qui étaient en baisse de 55,5% en juillet par rapport aux niveaux d’avant la pandémie.

Andalousie. La région sud a été la principale destination de l’Espagne cet été, représentant 45% de la demande nationale et avec des niveaux d’occupation supérieurs à 80% en août. Les chiffres, dans certains cas supérieurs aux meilleures attentes, ont incité le gouvernement régional et des villes comme Séville, Grenade et Cordoue à croire que l’inertie des mois d’été se poursuivra jusqu’en octobre. La région planifie des campagnes jusqu’à Noël.

La ville de Séville a souffert deux années consécutives sans ses célèbres processions de Pâques et sa Feria, des événements qui représentent 17% du PIB de la région. Il est cependant optimiste avant l’arrivée de l’automne. « Outre le thermomètre que représente la forte demande nationale de tourisme soleil et plage, nous sommes optimistes compte tenu du retour des vols internationaux et de la redynamisation des grands salons à partir de l’automne », explique Antonio Muñoz, délégué à l’habitat urbain, à la culture. et le tourisme dans la ville. Séville accueillera d’importants événements en personne tels que le Sommet de l’innovation touristique. Mais le secteur reste prudent, et souligne que les revenus de l’été ne suffisent pas à compenser les pertes cumulées de plus de 70% de la saison dernière.

Catalogne. L’arrivée de la cinquième vague de Covid-19 au début de l’été a posé des défis au gouvernement régional. “Il y avait une recommandation de ne pas voyager en Catalogne, nous avons donc créé un cabinet de crise dans lequel nous avons approuvé un budget spécial de 500 000 € pour la promotion à l’étranger et 100 000 € supplémentaires pour une campagne publicitaire destinée au marché intérieur”, explique le directeur général de tourisme, Marta Domènech. Compte tenu des restrictions sur les vols en provenance de certains pays, la région a ciblé les touristes seniors de France, des Pays-Bas, d’Allemagne et de Belgique, ceux qui se rendent habituellement dans les campings. Selon Domènech, « il y a des signes que les gens sont toujours intéressés à venir en automne ».

Prolonger la saison ne sera pas chose aisée dans les destinations familiales dépendantes des vacances scolaires, comme la Costa Daurada et la Costa Brava. “Mais nous devons redémarrer l’activité pour essayer de désaisonnaliser [tourism], surtout maintenant que tout le monde commence à supposer que le Covid fera partie de nos vies », explique Berta Cabré, présidente de la Fédération des entreprises hôtelières de Tarragone. Dans cette province, ils ont détecté une augmentation des réservations de camping dans les semaines à venir et ils font également la promotion du tourisme lié aux événements sportifs et à Halloween.

Dans la ville de Barcelone, l’occupation dans les hôtels ouverts avoisinait les 50 %, bien que 43 % de ces commerces restent actuellement fermés. Xavier Mercé, le chef du tourisme de la ville, affirme que les promotions doivent « tirer pleinement parti de l’agenda culturel qui démarre maintenant et créer un pont entre l’été et Noël ».

Touristes sur la plage de Peguera à Majorque en juillet.
Touristes sur la plage de Peguera à Majorque en juillet.CATI CLADERA / EFE

Les Îles Baléares. Cette région a également passé des années à essayer d’attirer des visiteurs en dehors de la haute saison estivale, et cette année a intensifié ces efforts. « Tous nos efforts visent à prolonger la saison », explique le chef du tourisme, Iago Negueruela. A partir de septembre, le succès ou non des campagnes publicitaires internationales auprès des compagnies aériennes apparaîtra clairement : 2,5 millions d’euros ont été investis pour garantir la connectivité entre les îles et les destinations étrangères. Une autre campagne, avec le même budget, est sur le point d’être finalisée, et vise à assurer des liaisons de voyage entre les Baléares et les villes de la péninsule ibérique.

« Ces deux campagnes permettront de garantir la connectivité, ce qui est une exigence de base pour garder les hôtels ouverts », explique Negueruela. « Nous devons travailler en octobre et novembre pour garantir plus de revenus aux personnes en contrat saisonnier permanent dans nos îles. » Il ajoute que la région cherche à promouvoir le tourisme lié aux foires commerciales, aux événements sportifs et à la culture, et s’attend à ce que ce soit “un bon automne”.

Valence. Les entreprises de la région cherchent à prolonger au maximum la saison en cours afin de compenser les cinq premiers mois de l’année qui ont connu une très faible occupation. Toni Mayor, président de l’association hôtelière Hosbec, admet que le comportement du marché au cours des quatre prochains mois est encore inconnu.

L’association attend de voir si l’Espagne sera supprimée de la liste de voyage orange du Royaume-Uni, ce qui signifie actuellement que les visiteurs revenant de l’ancien pays vers ce dernier doivent passer un test de coronavirus avant de voyager ainsi qu’un autre une fois à destination. Les ressortissants britanniques représentent l’un des principaux marchés pour des villes telles que Benidorm, entre autres.

Le maire table également sur un pic d’activité grâce aux bons que le gouvernement régional fournit pour les déplacements, et qui comptent sur un budget de 16 millions d’euros. Celles-ci visent à encourager les déplacements de fin de semaine des résidents de la région et seront à nouveau activées le 15 septembre.

La région compte également sur le retour des voyages organisés pour les aînés, un autre domaine d’activité qui a été mis en veilleuse en raison de la pandémie.

Luis Martí, directeur de la Confédération des entrepreneurs touristiques de Valence, qui représente 40 000 espaces dans les hôtels et l’hôtellerie, convient que le système de bons a stimulé la demande nationale et espère que l’extension de la campagne et des activités promotionnelles attirera des visiteurs commerciaux et culturels. « Nous avons eu de bons niveaux d’occupation en été, mais les cinq premiers mois de l’année ont été catastrophiques, nous allons donc essayer d’allonger la saison aussi longtemps que possible », explique Martí. Au niveau international, ils recherchent des campagnes promotionnelles sur des marchés comme l’Italie, la France et les Pays-Bas.

Sur la base des rapports de Eva Saiz, Josep Catà, Lucia Bohórquez et Cristina Vázquez.

version anglaise par Simon Chasseur.