Séjours et Voyages en France

Bâtie sur une cité romaine, habitée par les générations qui ont forgé 2000 ans de son histoire, Fréjus est riche d’un patrimoine éclectique. Si les touristes recherchés souvent à son côté antique ou médiéval, ils peuvent également se passer pour sa période contemporaine. Car la municipalité et son office de tourisme mettre tout en œuvre pour la valoriser et obtenir ainsi le label Ville impériale.

Seule Nice possède aujourd’hui ce label en région Paca. Se basant sur les nombreux documents, objets, archives, tableaux, statues, édifices… du XIXe siècle, en rapport avec Napoléon 1euh et Napoléon III, les spécialistes fréjusiens ont élaboré un dossier complet afin de porter la candidature de la ville. “C’est un inventaire de toutes nos ressources, confie Cécile Vincenti, chargée du développement culturel. Ça nous a permis de clarifier cet apport napoléonien et de voir qu’on pouvait créer une visite guidée “.

Un plan gratuit et des visites guidées

Une nouvelle brochure a ainsi été réalisée, “Sur les traces de Napoléon”, mise gratuitement à disposition du public à l’office de tourisme. Ce plan cible les lieux liés à l’histoire napoléonienne afin de parcourir à pied le centre ancien: chacun peut ainsi découvrir ce circuit à son rythme. Les plus curieux pourront se tourner vers la nouvelle visite guidée créée par le guide conférencier de Fréjus, Philippe Cantarel. Toujours passionnant, celui-ci contera les secrets de l’empire, pas à pas. Cet été, en juillet en août, tous les lundis à 19 heures, Philippe Cantarel à partir de l’office de tourisme avec un petit groupe (réservation obligatoire à l’office). À noter d’ailleurs que les visites guidées habituelles reprennentront à partir du 3 mai (5 personnes maximum).

“Par exemple, on s’arrêtera devant la gare de Fréjus, raconte le guide conférencier, jamais avare d’anecdotes captivantes. C’est Napoléon III qui est à l’origine de l’extension des chemins de fer en France, avec plus de 15.000km de voies ferrées construites entre 1851 et 1870. L’ossature actuelle de la gare de Fréjus est identique à celle de 1863. Mise en service par la compagnie des chemins de fer, elle constituait une étape sur le trajet Paris-Lyon-Méditerranée (PLM). Un repère du nivellement général de la France, appelé réseau Bourdalouë, établi dès 1857, est encore visible sur le quai principal “.

Un label pour s’inscrire dans la durée

La période napoléonienne de Fréjus est ainsi mise en exergue et s’annonce fascinante. “C’est une volonté du maire, David Rachline, qui m’a chargé avec l’office de tourisme de monter ce dossier pour obtenir la marque Ville impériale. Un an de travail conduit de main de maître par les professionnels de l’office. Nous souhaitons un évènement qui s’inscrive dans la durée. On posera donc les bases cette année à l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon 1 pour s’épanouir sur le long terme “, précise Christophe Chiocca, adjoint au maire, délégué au tourisme.

Ce label permettrait à la commune de bénéficier d’une portée à l’échelle nationale, de rayonner et d’être attrayante aux touristes.

Une destination impériale qui veut partager son histoire et ses traditions.

Le bicentenaire est donc l’occasion pour Fréjus de commémorer la mort mais aussi la vie, les passages et les actes de Napoléon Bonaparte.

Et les personnages qui lui sont liés. Comme le pape Pie VII qui séjourna à Fréjus dans la nuit du 6 au 7 août 1809. Prisonnier de l’empereur, il était envoyé au château-forteresse de Savone, en Italie.

On le retrouvera à Fréjus dans la nuit du 6 au 7 février 1814, à l’Hôtel de la poste, étape de son voyage vers Rome. Ironie de l’histoire, c’est dans ce même Hôtel de la poste et dans la même chambre que, trois mois plus tard, on enfermait l’empereur avant son départ pour l’île d’Elbe.


Savoir +

Pour les visites et informations, contactez Philippe Cantarel à l’office de tourisme au 04.94.51.83.83.