Séjours et Voyages en France

Cas général

Parmi les fêtes légales, seul le 1euh mai est obligatoire chômé pour tous les salariés (toutes entreprises et catégories confondues).

Par exception, le salarié peut travailler le 1euh mai lorsqu’il est employé dans une entreprise qui, en raison de la nature de l’activité, ne peut pas interrompre le travail (hôpitaux, transports publics, par exemple).

Les autres jours fériés sont chômés si des dispositions en ce sens sont prévues :

  • par accord d’entreprise ou d’établissement (ou, à défaut, par convention ou accord de branche)
  • ou, en l’absence d’accord ou de convention, par l’employeur

Le salarié n’est pas tenu de récupérer les heures de travail non effectué pendant un jour férié non travaillé.

Il ne peut prétendre à aucun jour de congé supplémentaire si un jour férié chômé tombe un jour habituellement non travaillé (sauf si des dispositions conventionnelles le trouvé).

Salaire de moins de 18 ans

Le salarié ou l’apprenti de moins de 18 ans ne peut pas travailler les jours fériés légaux sauf dans les secteurs suivants :

  • Hôtellerie, restauration, traiteur ou organisateur de réception
  • Café, tabac ou débit de boisson
  • Boulangerie, pâtisserie, boucherie, charcuterie, fromagerie-crèmerie, poissonnerie
  • Entreprise d’industries secteurs fabriquant à titre principal des produits alimentaires destinés à la consommation immédiate ou dont l’activité exclusive est la vente d’autres produits alimentaires au détail
  • Magasin de vente de fleurs, jardinerie et graineterie
  • Lunettes

Le salarié ou apprenti de moins de 18 ans qui travaille un jour férié bénéficie d’un repos hebdomadaire d’au moins 36 heures consécutives.